TwitterFacebook

Reset to Default Increase size

À L'Affiche

Changement?

Changement d’adresse ou de numéro de téléphone? Veuillez ouvrir une session et cliquer sur « Modifier les coordonnées ». N’oubliez pas de sauvegarder les modifications apportées. Si vous n’avez pas de compte, veuillez aviser le bureau des AMCG par téléphone au (819) 776-8618 ou par courriel au .

Trésors personnels

L’initiative de trésors personnels cherche à vous permettre d’exposer vos propres objets de militaria, qui bien qu’ils racontent chacun une histoire intéressante, amassent de la poussière dans vos sous-sols ou greniers. 

lire la suite

LA GREAT EASTERN RAMP

« Dieu et le soldat nous adorons en période difficile, mais pas avant. Une fois que tout est réglé, et les torts, redressés, Dieu est oublié, et le soldat, méprisé. »

Anonyme de la guerre des Deux-Roses, 1485

LA GREAT EASTERN RAMP (CONSTRUITE SUR LA COQUE D’UN CHAR CHURCHILL MK IV)

CONSTRUCTION DU MODÈLE

Churchill Great Eastern Ramp 1sLa plus grande difficulté dans la construction de la maquette de ce véhicule unique était le manque d’information. Hormis moins d’une dizaine de photographies originales, dont bon nombre sont de piètre qualité, la Great Eastern Ramp (GER) baigne dans le mystère. Lorsque le Musée canadien de la guerre (MCG) m’a demandé de produire un modèle à l’échelle 1:35 de la GER avec les rampes déployées, c’est avec une certaine appréhension que j’ai accepté la mission. Premièrement, je ne suis pas un modéliste professionnel et, deuxièmement, il existait peu de renseignements. Internet, habituellement une excellente source d’information, n’était pas d’une grande utilité dans ce cas-ci. Les rares sources offraient quelques fragments d’information, mais renvoyaient souvent à l’exemple du MCG. J’ai communiqué avec le Royal Engineers Museum à Gillingham dans le Kent, mais il ne détenait aucune information. J’espérais trouver une copie ou des dessins dans un manuel en temps de guerre, mais rien. En fait, grâce au MCG, j’avais accès au vrai truc, quoique dans sa version modifiée. Or, il se trouve que mon meilleur ami, un autre officier des blindés à la retraite, est diplômé du Royal Military College of Science à Shrivenham. Grâce à son esprit mécanique, il s’est révélé d’une aide précieuse dans la collecte d’idées sur le fonctionnement de la créature. Cependant, ce n’est que lorsque je suis tombé par hasard sur une ancienne copie de la revue The War Illustrated, volume 10, numéro 239, daté du 16 août 1946, sur eBay, que j’ai pu voir la GER dans toute sa splendeur. Ce n’était qu’une photo de couverture (intitulée « Un des secrets de guerre de la Grande-Bretagne » – sans blague!), mais elle a répondu à beaucoup de mes questions sur le véhicule opérationnel. La photographie habituelle de la GER, qu’on voit souvent dans les livres, est le prototype du véhicule, qui diffère du modèle de production.

Pendant la période d’entretien annuel du Musée, nous avons reçu la permission d’examiner la GER. Nous avons inspecté le véhicule sous toutes ses coutures en suivant les conduits électriques, les câbles et les rails jusqu’à ce que nous ayons l’impression de connaître le fonctionnement du véhicule aussi bien que possible en l’absence d’un manuel. Donc, armé de centaines de photographies directes, de photos clés glanées sur Internet, de quelques autres diagrammes tirés de livres, d’eBay et de l’aide considérable de mon ami, j’ai commencé le projet.

LE MODÈLE

Je me suis servi du modèle à l’échelle Churchill Mk III (raid sur Dieppe) de l’AFV Club comme plateforme pour fabriquer la GER. Les chars Mk III et Mk IV ne sont pas très différents de l’extérieur, et j’avais besoin d’un Churchill dont les chenilles étaient entièrement exposées. La suspension a été modifiée pour ressembler au char Mk VII, sans quoi il s’agissait d’une construction directe. La principale modification était la face avant de la coque à la position du mitrailleur. Sur la GER du musée, cette position est recouverte d’une plaque complexe éliminant la fonction du mitrailleur. Donc, en l’absence de toute autre information, je l’ai reproduit tel quel. C’était logique puisque la GER n’allait nulle part sans escorte et protection, de sorte que l’absence d’une arme d’autodéfense ne semblait pas poser problème. GER 1 Commanders station and trunk placement 2

L’étape suivante consistait à construire le poste de commandement et les cadres de fixation de la prise d’air. Les cadres seraient présents, mais pas les prises d’air elles-mêmes, car elles cacheraient de nombreux détails du poste de commandement et du compartiment moteur, sans compter que je n’avais jamais vu d’illustration claire de leur emplacement. GER 2 commanders station 2Le défi suivant était d’ajouter les supports de la rampe fixe sur la coque et ils ont été installés le plus fidèlement possible par rapport à la vraie créature (dans l’espoir qu’ils demeureraient fidèles au moment d’ajouter les rampes). GER 3 hull with fixed ramp supports added 3On a ensuite construit la béquille stabilisatrice. Cette béquille est fixée à l’avant et articulée. On la lève et l’abaisse à l’aide d’un câble, mais je n’ai pas pu découvrir la méthode utilisée pour effectuer cette opération, alors on a décidé de faire entrer le câble dans l’écoutille du chef de char. Y avait-il un treuil à main ou un treuil mécanique? On l’ignore. Tout ce que je sais, c’est que la béquille est extrêmement lourde et que, sur le véhicule du MCG, elle est soudée à la rampe fixe pour des raisons de sécurité. Lorsque l’appareil était en service, on abaissait la béquille au sol et la verrouillait en place afin de supporter le poids supplémentaire à l’avant du véhicule. Ensuite, on la déverrouillait manuellement.GER 4 front sprag locked in place 2

Le plus grand défi lors de la construction était les rampes, les supports et les fixations. J’ai décidé de commencer par la fixation de la rampe arrière. On a mis les pièces à l’échelle autant que possible, puis on a fait le reste en examinant un char Mk 1. GER 5 entry ramp anchor 3Après avoir terminé la fixation, il était temps de construire la première des trois rampes. La rampe arrière, plus courte, était la plus facile et m’a permis de mettre à l’essai des techniques qui seraient utilisées pour les deux autres rampes. Je n’ai pas pu compléter la rampe avant de pouvoir étudier le vrai véhicule, car j’avais fait des hypothèses erronées au départ. Je m’étais fondé sur le prototype, qui diffère légèrement de la GER de production. Il a fallu prendre des mesures précises pour assurer le bon alignement des pièces, ainsi que la solidité et la faisabilité de l’ajustement. GER 6 entry ramp construction and fitting 5Les axes de charnière étaient des tiges de plastique avec des goupilles fendues en laiton, semblables à celles du vrai véhicule. Une structure en A a été construite à partir de tiges de plastique et fixée sous la rampe.

Le projet suivant était le casier à munitions qui est accroché à l’arrière de la GER. Le casier comporte un certain nombre d’accessoires que je ne connais pas, mais je les ai inclus, même s’ils ont peut-être été ajoutés après la guerre. Une fois le casier terminé, il a été fixé et le véhicule a reçu une couche rapide d’apprêt à plastique.GER 7 ammunition locker and primed hull 2

J’ai fait de mon mieux pour mettre à l’échelle les rails de la rampe fixe par rapport aux dimensions d’origine. Cette rampe est construite différemment, en particulier avec les entretoises de support permettant l’accès au compartiment moteur. De plus, à l’arrière, alignées avec les fusées de la rampe articulée avant, il y a des boîtes d’échappement des fusées qui auraient dirigé l’explosion et donné à la rampe avant une meilleure impulsion vers le haut.GER 8 fixed ramp with rocket exhaust boxes 9

La tâche suivante consistait à préparer les entretoises de soutien inclinées pour soutenir la rampe fixe. Elles devaient s’aligner avec les supports déjà construits et la rampe fixe elle-même. Évidemment, elles ne s’alignaient pas, alors il a fallu faire quelques ajustements.GER 9 fitting and fiddling with the supports to carry the fixed ramp 4Une fois en place, la rampe fixe a été installée temporairement et, après un peu de lutte, on a pu crier victoire.

Ce modeste succès a permis de commencer le travail sur la rampe articulée avant. Sa structure diffère légèrement des autres, car elle doit être plus légère pour pouvoir être déployée par les fusées – si seulement j’avais remarqué cela plus tôt. Après avoir terminé la structure de la rampe avant, je me suis rendu compte que chacun des rails de cette rampe est supporté seulement par deux poutres longues au lieu de trois comme les deux autres. Il a fallu remettre l’ouvrage sur le métier pour corriger ce léger défaut – si près et pourtant si loin.GER 10 the forward ramp. Note the 3 beams on each trackway when it should have 2 later fixed 3

Après avoir terminé la forme de base de la rampe avant, il était temps d’installer les boîtes de fusées pour s’assurer qu’elles s’alignaient bien avec les boîtes d’échappement des fusées sur la rampe fixe. À vrai dire, ce n’était pas aussi critique que ça en avait l’air, parce que le MCG avait demandé que la GER soit entièrement déployée, mais elles ne devaient quand même pas être gravement désalignées. On a ensuite construit les boîtes de fusées et, par-dessus, on a ajouté les amortisseurs en forme de boîtes. J’ai lu que les vrais amortisseurs étaient des boîtes d’acier remplies de fils barbelés roulés qui s’écrasaient à l’impact et qu’on pouvait remplacer par du matériel de rechange transporté à bord de la GER.GER 11 rocket boxes fitted to eith side incluidng box shock absorbers 3

Le véritable test, maintenant, était de voir si les rampes s’emboîteraient correctement… et, étonnamment, elles l’ont fait avec un peu d’encouragement. GER 12 the ramps fit 1Une fois que les rampes ont été terminées, il était temps de les installer sur la coque. Évidemment, il a fallu une touche de mastic pour boucher quelques joints, mais on a réussi à les faire entrer. GER 13 fixed ramp awaiting glue and putty 3GER 14 Fixed ramp attached and primed and distance indicator container in place 2Avant de fixer la rampe, on a ajouté la boîte contenant l’indicateur de distance. Elle se trouve juste en haut à gauche du chef de char. J’avoue que j’ai dû truquer cette partie parce qu’il n’y avait pas de dessin sur la façon de la fixer, quoiqu’il y eût quelques mystérieux points de soudure sur la vraie GER que j’ai choisi d’accepter. Il s’agissait d’un long contenant étroit dont la construction reposait sur des dessins et la seule bonne photo tirée de la revue The War Illustrated. Des câbles de simulation de lignes ont été fabriqués à partir de fils de laiton et s’étendaient du contenant jusqu’à la petite boîte, juste à l’arrière gauche de l’écoutille du chef de char. Ceux-ci auraient été les câbles permettant aux poulies d’étendre et de rétracter la barre de l’indicateur de distance. Les supports de la rampe fixe étaient également renforcés par des plaques d’acier qui remplissaient la double fonction de soutien et de transport des amortisseurs de rechange, à l’avant, et de grosses bobines de corde pour replier les rampes, à l’arrière.GER 15 support plates and stowage 1Maintenant que le modèle de base était terminé, à part la peinture, il était temps de le préparer pour le diorama sur lequel il allait reposer. Il a été mis à l’essai avec et sans la barre d’indicateur de distance déployée. Le montage a fonctionné de façon acceptable et a servi de base à la suite des travaux de construction.GER 16 model tested on the diorama base 1

LE DIORAMA

On a monté le diorama de façon à illustrer la capacité de la GER, même si elle n’a jamais connu de combat. Bon, c’est une grosse créature et la base était une structure de 28 pouces sur 8 pouces avec une légère base en contreplaqué. Le modèle de la GER n’était pas lourd, mais il avait besoin d’une base solide. Comme obstacle, on a construit un mur de soutènement fictif à partir d’un bloc de styromousse et, pour le côté face à la GER, on a utilisé un panneau mural en placoplâtre avec des supports en bois de balsa (littéralement ce qu’on avait sous la main). Le panneau mural a ensuite été enduit de plâtre, moulé et peint pour ressembler à du béton. Quelques affiches et lumières électriques ont été ajoutées pour faire intéressant. On a bordé l’élément de plastique épais et on en a peint les côtés pour qu’ils s’harmonisent avec le cadre.GER 17 the obstacle 1

Après avoir fixé l’obstacle à la planche avec de la colle et des vis, on a fini le reste de la base. Une section de pavé commercial a été peinte, vieillie et collée sur la base, puis le reste a été rempli d’argile séchant à l’air.GER 18 diorama base 1Quelques cratères d’obus et un petit fossé ont été ajoutés et remplis d’eau acrylique. La base a ensuite été saupoudrée de plusieurs couches et couleurs d’herbe statique. Après un long temps de séchage, on a boulonné la Great Eastern Ramp elle-même à la base et ajouté plusieurs figurines pour donner une idée de l’échelle de ce monstre.GER 19 The final model and diorama 3

FINITION

            La GER du MCG est assez égratignée et rouillée à certains endroits, mais elle conserve quand même ce que je crois être son fini d’origine vert olive UK SCC 15. Il était important de réduire le vieillissement au minimum pour deux raisons : d’abord, parce que la GER venait d’arriver sur le terrain et, ensuite, parce que je voulais qu’on voie le plus de détails possible. Le véhicule a été préombré d’un noir mat pour obtenir des tons de couleur. J’ai utilisé plusieurs peintures Tamiya pour créer ma couleur primaire, puis j’ai fait les rehauts avec un pinceau sec. Une fois cela fait, j’ai ajouté des taches d’huile à l’aquarelle et un peu de saleté à certains endroits. On a appliqué de la rouille sur les rails et les charnières des rampes et de la peinture acrylique couleur acier brut pour faire ressortir l’usure. Par-dessus le tout, j’ai utilisé du graphite pour lui donner une apparence métallique. On a ensuite vaporisé tout le modèle de cire à plancher en acrylique pour le sceller et fournir une base où apposer des autocollants. Il n’y a pas d’inscription sur la GER du MCG, mais, avec l’aide du registre Churchill de la Miniature Armoured Fighting Vehicle Association (MAFVA), son numéro a été confirmé et inscrit sur les côtés. J’ai ensuite ajouté l’insigne de la 79e Division blindée et l’unité RE et j’ai scellé les décalques avec de la cire à plancher. Une mince couche de peinture à l’huile ombre brûlée a été appliquée pour estomper le tout. Les figurines, obstacles antichars et bagages ont été peints aux acryliques Tamiya et Vallejo. La base d’argile du diorama a été peinte avec diverses nuances de pigments liquides avant l’application de l’herbe et des débris. Après environ cinq mois de recherche et de construction, le projet était finalement prêt à livrer [soupir de soulagement]...

RESSOURCES POUR LA CONSTRUCTION DU MODÈLE

  • Modèle Churchill Mk III (raid sur Dieppe) de l’AFV Club
  • Formes de plastique Evergreen de toutes sortes
  • Fils et tubes de laiton
  • Boulons et rivets de toutes tailles du Tichy Train Group
  • Apprêt rouge et peintures en bouteille Tamiya
  • Peintures acryliques Vallejo
  • Modèles et accessoires MiniArt – route pavée, bagages et obstacles antichars
  • Argile séchant à l’air DAS
  • Eau acrylique Realistic Water de Woodland Scenic
  • Herbe statique et applicateur de War World Scenics
  • Herbe statique de Peco Scene
  • Major (à la retraite) Don Allen, CD, BA, 8th Canadian Hussars (Princess Louise’s)

 

Telephone: 1-819-776-8618 Si vous avez des commentaires ou des questions sur le fonctionnement de ce site, s'il vous plaît écrivez
Email:  

 

Rejoignez-nous 3 
 Become a Volunteer  Fre
 Donate Now Button Fre