TwitterFacebook

Reset to Default Increase size

Roland Merritt était un artilleur de la 40e batterie de l’Artillerie de campagne canadienne. C’est sa petite fille, Anne, qui nous a fourni les artéfacts ci-dessous et le père de cette dernière, Robert, le fils de Roland, a dit : « À la fin de la guerre, mon père devait faire un choix : rester pour la remise des médailles par le roi ou prendre le prochain bateau pour revenir à la maison. Il prit le prochain bateau. Il était membre de la 40e batterie de l’Artillerie de campagne canadienne et il s’était distingué comme étant le coureur le plus rapide et l’homme le plus fort de sa batterie. À son retour au pays, il détenait le grade de sergent intérimaire. Il ne parla jamais beaucoup de la guerre, si ce n’est qu’avec ses anciens camarades. »

                       w1-5-1 CopyBoutons de manteau en cuivre, Insigne de l’Artillerie de campagne canadienne portée sur l’épaule et Médaille militaire de Roland Merritt

Le fils du sergent Merritt affirme que la médaille a été remise par le roi George V. Sur la bordure de la médaille, on peut lire : 302 227 Gnr A Bmbr R.L. Merritt Can F.A.

 Alors qu’il servait sur le front ouest, le sergent Merritt a tenu un journal. Les entrées cryptiques datant de 1918, qui sont reproduites plus bas, nous donnent une idée de la vie des soldats confrontés aux horreurs sur le front. Prenez note de ce que le sergent Merritt a écrit à la fin de la guerre, le 11 novembre 1918.

w1-5-2 Copy w1-5-3 Copy

Le journal du sergent Merritt

w1-5-4 Copy  

Le 11 mars 1918 : Avons atteint les lignes de chevaux à 16h00 sur le front d’Arras – chemin Bethune.

Le 14 mars 1918 : Recours aux armes. La section gauche avance. Gaz à 9h30.

Le 15 mars 1918 : Un raid à 5h30. 110 coups tirés. Quelques prisonniers aujourd’hui.

w1-5-5 Copy  

Le 17 mars 1918 : Avons brandi nos armes. 25 oR (illisible). 80 coups tirés sur les mitraillettes à 23h00.

Le 20 mars 1918 : Jour de paie.

Le 21 mars 1918 : Changement de mitrailleurs. Je reste.

Le 23 mars 1918 : Déménagement soudain à Ghellus (?) chemins X sur la Crête.

w1-5-6 Copy  

Le 26 mars 1918 : Avancée de 500 mètres, près du sommet.

Le 29 mars 1918 : Bataille sur le flanc droit d’un barrage de gaz.

Le 30 mars 1918 : Buck et Connors arrivent.

w1-5-7 Copy  Le 29 juin 1918 : Entrée en action à Cigny pour remplacer les troupes. 20 Btty.
w1-5-8 Copy  

Le 5 août 1918 : Rubins est tué

Le 7 août 1918 : Départ de Boves W (?) pendant la nuit

Le 8 août 1918 : Voir Roy G. à 18h00. Traverser les lignes à 21h00.

Le 9 août 1918 : avancer

Le 10 août 1918 : Rester prêt à agir derrière Bouchoir à midi

w1-5-9 Copy  

Le 19 août 1918 : Départ de Cayeux

Le 20 août 1918: Près de Camor (?)

Le 21 août 1918: à Fièffes (?)

Le 22 août 1918: à Rebreuviette

Le 23 août 1918 : Sais pas. Entrer à Arras.

w1-5-10 Copy  Le 11 novembre 1918: Der Tag

 

En plus des renseignements fournis par Robert Merritt, les informations qui suivent nous ont été données par Anne Merritt, la petite-fille de Roland Merritt et l’épouse de Robert Hamilton, le secrétaire des AMCG.

« La famille Merritt est une famille de loyalistes qui s’est établie dans la péninsule du Niagara vers la fin du 18e siècle. William Hamilton Merritt était le constructeur du canal Welland.

 La famille cultiva les terres de l'escarpement du Niagara dans la région de Grimsby. Roland est né en 1894 et il enseignait dans une école rurale avant de s’enrôler dans l’armée en avril 1915. À son retour au Canada, près de quatre ans plus tard, en 1919, il a repris ses activités d’enseignant, à Toronto. Il est revenu à Grimsby et s’est établi sur une ferme lorsqu’il a pris sa retraite de l’enseignement en 1946. »

 

 Soumis par : Robert Merritt, avec la contribution d’Anne Merritt

 

 

Telephone: 1-819-776-8618 Si vous avez des commentaires ou des questions sur le fonctionnement de ce site, s'il vous plaît écrivez
Email:  

 

Rejoignez-nous 3 
 Become a Volunteer  Fre
 Donate Now Button Fre