TwitterFacebook

Reset to Default Increase size

Thompson Manuscript Copy

En faisant le tri des effets personnels de son oncle, John Shea, l’exécuteur testamentaire du défunt, a trouvé un manuscrit intitulé A Trooper Writes Home (Correspondance d’un soldat). Sur la page titre, il est écrit que l’histoire repose sur « les lettres que le soldat E.L. Thompson, matricule 115516, régiment Fort Garry Horse, Corps expéditionnaire canadien, a écrites pendant la Grande Guerre de 1914-1918 ». Nous ignorons quel lien unissait le soldat Thompson et l’oncle de M. Shea, un autre vétéran de la Première Guerre mondiale. Nous ignorons également tout de ses origines, de son éducation et de la fin de sa vie. Toutefois, des recherches dans les archives ont permis de corroborer les renseignements se trouvant dans le manuscrit.

Le manuscrit nous fait revivre le service militaire du soldat Thompson, du 24 mai 1915, jour où il a réussi à s’enrôler dans l’armée après l’échec de ses deux premières tentatives, en passant par son entraînement comme signaleur dans la cavalerie et son déploiement en France, et, pour terminer, son retour au Canada le 29 mai 1919 à bord du SS Carmania.

Si ses deux premières tentatives ont échoué, c’est sans doute parce qu’il venait tout juste alors de se remettre de la tuberculose. Dans une lettre, il note que lorsque la guerre a éclaté en août 1914, il était « un patient fort impatient » du sanatorium de Muskoka.

Le soldat Thompson, un fin observateur et un conteur habile, nous fait entrer dans son monde avec des descriptions qui prennent forme sous nos yeux. Ce n’est que deux ans et demi après son enrôlement dans l’armée que Thompson a pris part aux combats. Dans ses lettres, il décrit les raids menés par les Zeppelins et les Gothas en Grande-Bretagne ; les cavaliers, épées au poing, fonçant sous les tirs de mitrailleuses et d’artillerie dans les champs de France et de Belgique ; la guerre des tranchées, avec la boue, les rats, les poux et les gaz toxiques. Ses mots peignent aussi les ravages de la guerre sur les campagnes et les populations déplacées. Thompson nous fait ressentir son aversion pour la guerre, mais aussi sa fierté des réalisations des soldats canadiens.

Thompson était membre de la Brigade de cavalerie canadienne, composée de trois régiments : Royal Canadian Dragoons, Lord Strathcona’s Horse et Fort Garry Horse. Cette brigade, de pair avec le Corps de cavalerie indienne, formait la 5e Division de cavalerie de l’armée britannique (dans le manuscrit, les Britanniques sont appelés les « Impériaux ») ; elle a été intégrée au Corps canadien seulement à la fin de la guerre.

Bien que Thompson se soit retrouvé au cœur de l’action, il en est sorti presque indemne.

Le manuscrit est fascinant et donne le goût au lecteur d’en apprendre davantage sur l’homme qui se cache derrière ces lettres si bien écrites.

La famille Shea a fait don du manuscrit à la bibliothèque du MCG.

 

Soumis par Douglas C. Rowland, au nom de M. John Shea

 

Telephone: 1-819-776-8618 Si vous avez des commentaires ou des questions sur le fonctionnement de ce site, s'il vous plaît écrivez
Email:  

 

Rejoignez-nous 3 
 Become a Volunteer  Fre
 Donate Now Button Fre